Jeux de la contradiction

Tous les quartiers généraux olympiques veulent faire une différence. À cette occasion, au-delà des aspects sportifs et du spectacle des médias, les Jeux olympiques, dont la cérémonie d’ouverture aura lieu le 8 août, servira de mettre en évidence l’interrelation complexe entre le sport et la politique, l’environnement et l’économie, les médias et les droits de l’homme.

Merci à Beijing, nous assisterons l’exposition la plus complète des contradictions gigantesques qui dominent notre mode de vie. D’une part, nous aurons cette chose appelée Spirit olympique, qui célèbre l’effort individuel, l’Afan à l’homme surmontant et, aussi, la diversité ethnique et culturelle extraordinaire de notre espèce. De l’autre côté, cependant, nous observerons dans toute sa crudité dans quelle mesure, comme nous nous montrons capables de surmonter les plus grands défis techniques et de déployer une créativité énorme, il continue de nier des millions d’êtres humains quelque chose de base que le droit de La vie ou la liberté minimale minimum.

à 19 ans de protestation de tiananmènes, plus de 130 prisonniers politiques sont toujours en prison
 » 821f56121200 « >

Ces carences sont aggravées dans le cas chinois par une forte pollution atmosphérique, une chaîne de l’eau et des aliments, des problèmes qui ont devenus involontairement les vrais protagonistes des Jeux et qui ont dirigé les autorités chinoises à prendre des mesures drastiques (mais sûrement inutile à long terme). En fait, l’utopie que les autorités chinoises nous présentent, il semble de plus en plus une distopie, c’est-à-dire une utopie perverse, l’extrémité parfaitement antithétique d’une société idéale. Par conséquent, le slogan officiel des Jeux, un monde, un rêve, ne peut pas être plus chanceux de nous faire visualiser dans quelle mesure notre modèle de développement (dont la Chine est un exemple extrême, mais une exception) est insoutenable de faire Ne pas médiatiser un changement radical de notre façon de se rapporter à notre environnement. Si ces jeux ont au moins servi à marquer un avant et après la compréhension et la configuration des risques environnementaux, sa mémoire serait plus positive.

Dans la sphère politique, les jeux chinois sont également compliqués. Depuis à Berlin en 1936, Jesse Owens a gagné quatre médailles d’or en laissant le Palco à un hitler furieux, des jeux et des politiques ont été intimement liés. Le massacre de Tiananmen de 1989 a échoué la première candidature olympique chinoise. Années plus tard, sensibles au fait que les violations des droits de l’homme et des restrictions à la liberté de la presse constituaient un obstacle insurmontable, maire de Beijing et président de la candidature chinoise, Liu Qi, engagé au Comité international olympique de garantir la liberté des mouvements des médias et introduire des améliorations de la protection des droits de l’homme. Aujourd’hui, 19 ans après Tiananmen, plus de 130 prisonniers politiques se poursuivent en prison, sans que Beijing promet de les libérer de manière à coïncider avec les jeux semblent se matérialiser (et ne semble pas non plus détendre les restrictions à la liberté d’information malgré les engagements à cet égard). Pour sa part, par rapport au Tibet, les autorités chinoises ont détendu leur position et accédant à une série de conversations avec les représentants du Dalaï Lama. Cependant, voici également pour voir dans quelle mesure ces mesures subsistent une fois que les Jeux seront terminés.

Au cours des derniers mois, il a été discuté de savoir si vous avez dû boycotter ou non les jeux. Mais autant que nous voudrions que la Chine puisse changer d’attitude dans certaines questions clés, de la liberté de la presse à la peine de mort, passant par le Tibet, nous devons également reconnaître qu’une mesure si extrême et qui apporterait des conséquences très négatives, elle ne ferait que avoir du sens si le nous est toujours appliqué et sans possibilité d’être accusé de tenir un double standard.

Nous avons les Jeux olymatiques de l’Europs Boocote s’ils étaient tenus aux États-Unis en 2004, coïncidant avec le L’invasion de l’Iraq, le refus d’appliquer la Convention de Genève, le mémorandum de brousse autorisant la torture, la start-up de Guantanamo, les vols secrets, les enlèvements sur les sols européens et les prisons illégales de la CIA? Probablement pas. Après tout, non seulement il y a des contradictions à Beijing.

* Cet article est apparu dans l’édition imprimée de 0027, 27 juillet 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *