Verrouillage fasciculaire antérieur de la seubradicardia gauche. Présentation d’une affaire | Magazine espagnol de cardiologie

Le terme « Aberrance » désigne le bloc de branche transitoire qui n’est pas due à des altérations précédentes de QRS, de la conduite d’un chemin d’accessoire ou d’une pharmacie1. Le blocage peut survenir à n’importe quel niveau du système Sa-Purkinje et plusieurs mécanismes peuvent le causer. Le bloc de phase 3 (dépendant de la tachycardie) est celui dans lequel un tissu est envahi dans sa période réfractaire effective et peut être un phénomène physiologique ou pathologique. Une forme spéciale de ce type est le bloc dépendant de l’accélération, qui se produit en raison de l’évolution de la fréquence cardiaque. Le bloc de phase 4 (bradycardie ou « pause ») est presque toujours pathologique et se produit après la période réfractaire en raison d’une diminution du potentiel de la membrane, soit en augmentant l’automaticité de son-Purkinje, soit par dépolarisation partielle du myocarde blessé. Le quatrième et dernier mécanisme d’hétérisme décrit est la conduction cachée, qui est définie comme la propagation d’une impulsion dans le système de conduite spécifique qui ne peut être reconnue que par son effet sur l’impulsion, l’intervalle ou le cycle suivant2. Comme son nom l’indique, ce phénomène n’est pas observé dans l’électrocardiogramme de surface (ECG).

Le cas d’une femme âgée de 86 ans qui s’est rendue aux urgences par palpitations et dyspnée est présentée. Il avait été évalué par la cardiologie il y a des années par Sinus Asymptomatic Bradycardie, actuellement sans contrôle. L’examen physique a révélé des bruits de cœur irréguliers de faible intensité sans bouffées et de crêpes bibasaux sans autres résultats d’intérêts. L’ECG à l’arrivée a montré une fibrillation auriculaire avec une réponse ventriculaire autour de 100 LPM, avec une serrure fasciculaire antérieure (BFA) alternée avec un battement de coeur avec des QRS plus étroites (figure 1a et figure du matériau supplémentaire). Pendant son séjour en situation d’urgence, 2,5 mg d’aténolol intraveineux ont été administrés et ont été observés à un pas à un taux de sinus à 39 LPM, avec la normalisation de la morphologie des QRS (figure 1b et figure du matériau supplémentaire). Le patient a été déchargé sans médicaments antiarythmiques; À 3 semaines, il a consulté par une asthénie marquée et Bradycardie a été documentée à 35 LPM. Un stimulateur cardiaque DDD était donc implanté.

A: electrocardiografía de 12 derivaciones. B: tira completa del ECG al ingreso; los latidos 1–38 son consecutivos a pesar de ser dos derivaciones diferentes (II y V5); las longitudes de ciclo entre latidos están en milisegundos; en el panel inferior se observa la morfología de QRS tras administración de 2,5mg de atenolol intravenoso y paso a ritmo sinusal. C: representación gráfica de la relación de la morfología del QRS con la longitud de ciclo y la morfología del latido precedente. BFA: bloqueo fascicular anterior.A: 12 Électrocardiographie de dérivation. B: bande complète d’ECG au revenu; Les battements 1 à 38 sont consécutifs en dépit de deux dérivations différentes (II et V5); Les longueurs de cycle entre les battements sont en millisecondes; Dans le panel inférieur, la morphologie des QRS après l’administration de 2,5 mg d’athénolol intraveineux et de l’étape à un rythme sinusal est observée. C: Représentation graphique de la relation de morphologie QRS avec la longueur du cycle et la morphologie du rythme cardiaque précédent. BFA: Verrou fasciculaire précédent.

Figure 1.

a: electrocardiographie à 12 dérivations. B: bande complète d’ECG au revenu; Les battements 1 à 38 sont consécutifs en dépit de deux dérivations différentes (II et V5); Les longueurs de cycle entre les battements sont en millisecondes; Dans le panel inférieur, la morphologie des QRS après l’administration de 2,5 mg d’athénolol intraveineux et de l’étape à un rythme sinusal est observée. C: Représentation graphique de la relation de morphologie QRS avec la longueur du cycle et la morphologie du rythme cardiaque précédent. BFA:.. Précédent verrouillage fasciculaires

(0.51MB)

Si l’ECG de l’épisode est soigneusement analysé, il peut être clair qu’il existe clairement deux types de QRS: a) QRS avec la morphologie BFA (120 ms), qui alterne avec b) QRS étroites avec de légères variations sur son axe et sa durée (90-100 ms). De plus, à des intervalles de R-R plus élevés, les battements étaient toujours avec la morphologie BFA. Dans le graphique qui relie la morphologie des QRS avec la longueur du cycle et le complexe QRS précédent, on peut observer qu’il existe deux zones clairement différenciées (Figure 1C). Dans la zone 1 (R-R 400-530 ms) La morphologie QRS dépend du rythme précédent, c’est-à-dire si le battement précédent est étroit, le suivant sera avec BFA. La seule exception à cette règle sont les battements 32-33, qui pourraient être expliqués par pénétration de l’impulsion de la phase de conduction suralimentaire de la précédente fascicule3.4. D’autre part, dans la zone 2 (R-R > 600 ms) Le complexe QRS a toujours été présenté avec BFA quelle que soit la morphologie du battement précédent, ce qui entraîne un bloqueur dépendant de la Bradycardie. La chose curieuse est que, contre ce qui pourrait être attendu dans ce type de blocus, après une R-R beaucoup plus grande (> 1 500 ms), le QRS a été normalisé.

Le mécanisme proposé pour expliquer ces résultats est illustré à la figure 2.Avec des intervalles de R-R courts (zone 1), il y a un blocage à la fois antérogrades et rétrograde dans le fascicule précédent, ce qui signifie que, lorsqu’il est pénétré sur le battement suivant, cela est capable de conduire angrofique, car il donne le temps de répéter. De cette manière, les légères variations des complexes avec des QRS étroites pourraient être justifiées en étant à différents moments de sa période de réfractaire relative, avec un degré de latence plus ou moins élevé (par exemple, les battements 3 et 7 ou 13 et 15). Avec de très longues longueurs de cycle, la récupération des tissus et la conduite d’un antérocite permanente se produisent. Cohen et al5 décrivaient ce phénomène à la fin des années 1970 et ils l’ont qualifiée de blocus alternatif de la branche « pseudoépenderie de bradycardie » (il s’agit d’un bloc de phase 3). Pour que cela se produise, la période de réfraction rétrograde de la fascicule précédente doit être inférieure à l’introduction et favoriser ainsi la guilde rétrograde cachée4.

A: mecanismo propuesto para explicar los hallazgos electrocardiográficos; las barras negras representan los periodos refractarios efectivos teóricos y las líneas discontinuas oblicuas, la conducción retrógrada interfascicular oculta. B: confirmación del mecanismo con estimulación auricular (AAI). FA: fascículo anterior; FP: fascículo posterior; LC: longitud de ciclo; RD: rama derecha.A: Mécanisme proposé pour expliquer les résultats électrocardiographiques; Les barres noires représentent les périodes réfractaires efficaces théoriques et les lignes discontinues obliques, conduite rétrograde intergrosculeuse cachée. B: Confirmation du mécanisme avec stimulation auriculaire (AAI). Fa: Fascicule précédent; FP: fascicule postérieur; LC: longueur du cycle; RD: branche droite.

figure 2.

a: mécanisme proposé pour expliquer les résultats électrocardiographiques; Les barres noires représentent les périodes réfractaires efficaces théoriques et les lignes discontinues obliques, conduite rétrograde intergrosculeuse cachée. B: Confirmation du mécanisme avec stimulation auriculaire (AAI). Fa: Fascicule précédent; FP: fascicule postérieur; LC: longueur du cycle; RD: Branche droite.

(0.56MB).

Dans notre cas, car un stimulateur SDD avait été mis en œuvre, ce mécanisme pourrait être confirmé (figure 2B). Lors de la stimulation en AAI à 100 LPM, une alternance de BFA s’est produite; À 70 LPM, tous les battements ont été effectués avec BFA et 60 LPM, tous les battements étaient étroits, ce qui confirme un bloc dépendant de la tachycardie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *